Photo en voyage, quel matériel dans mon sac à dos ?

A l’instar des Japonais dont on se moque souvent, j’aime énormément prendre des photos. En voyage, chaque minute, on a envie de photographier l’instant. La roulotte avec ses poulets et canards suspendus par le cou, le tuk-tuk coloré et ses lumières clignotantes, un beau visage sur le marché, un lama ou un éléphant qui traverse la route. Tout est sujet à photo !

Materiel photo captaingini

Et quand on aime la photo et qu’en plus on fait un beau voyage, et bien on s’équipe même si on est pas professionnel. Alors voici une petite présentation de ce qui se trouve dans mon sac à dos et qui me sert à partager toutes ces images  avec vous chaque jour. C’est la partie la plus lourde et la plus encombrante de mon sac (environ 4 kilos tout compris, appareils, câbles et ordi) et il m’arrive certains jours d’avoir envie de ne plus les porter sur mon dos… Et puis, paf, un gamin au visage plein de vie s’approche de moi, et clic, je le prends en photo !

J’ai commencé avec…

J’ai démarré mon voyage avec un Canon D500 et un objectif 18-50. Quelque chose d’assez pratique mais qui ne permet pas à mon goût de faire beaucoup plus que les bases, surtout à cause de l’objectif ! C’est généralement le premier reflex que l’on achète quand on monte en gamme en terme d’appareil photo, sans tuer complètement le porte monnaie.

J’ai donc fait une partie de l’Amérique du Sud avec cet appareil dont voici quelques photos!

photo captaingini

L’ennui c’est que j’ai vite était frustrée de ne pas pouvoir shooter plus de visages sur le vif (ce que je préfère en photographie!). Du fait de l’objectif, je devait être assez proche de mes sujets pour les photographier. Je me suis fait pas mal refuser la photo ou encore envoyé des haricots au visage sur les marchés ! Sans compter que l’on perd tout le naturel quand la personne sait qu’elle est photographiée !

J’ai donc changer d’appareil…

Arrivée en Asie et pour mon 30ième anniversaire je me suis vu offrir un super Nikon D300, semi professionnel avec deux objectifs. L’un pour tous les jours : DX 18-135 (déjà remplacé par un 18-140, ouverture 3.5-5.6) et un autre objo 70-300. Et là plus aucun problème pour faire mes photos favorites, les visages. Avec cet objectif, plus aucun problème, je suis un vrai paparazzi 🙂

Ça tourne !

Du côté de la vidéo, c’est vraiment un autre « métier’ que j’ai découvert avec ce voyage. J’utilise un GoPro avec certains accessoires telles que la perche ou le fixe vélo. C’est une partie difficile pour moi car faire des films n’a rien à voir avec la photo. Il faut imaginer un scénario et des plans et prises de vu en fonction. Difficile de programmer à l’avance quand on ne sait même pas ce que l’on fera demain ! Sans compter qu’une GoPro n’est pas forcement l’outil adéquat pour du film de voyage non sportif !! (du fait de son effet caméra embarquée).

La GoPro était plus pratique en Amérique du Sud, surtout composé de trek ou de rando au milieu de ruines. Des balayages visuels s’y prêter bien. Mais en Asie, c’est plus compliqué car la vie du quotidien constitue le voyage et il n’est pas toujours évident de filmer une scène en collant la caméra au sujet. GoPro = pas de zoom = pas de gros plan sans rapprocher la caméra à 2 centimètres ! En gros, sans culot, vous n’aurez rien.

Gros avantage de la GoPro, elle est toute petite et il arrive souvent dans des pays moins développés que les habitants ne sachent pas ce que c’est ou pense à un gadget. Cela évite alors le vol et il est finalement plus facile de filmer en ayant la caméra au creux de la main que d’utiliser mon gros appareil photo. L’un ne remplace pas l’autre mais se complète. Bon, ne croyez pas non plus, que personne n’en a entendu parler…. !!

Il y a ensuite tout le travail de découpage montage et je suis loin d’être une experte ! Cela me prends parfois 2 jours ou 5 heures, tout dépends du nombre de rush que j’ai. Beaucoup la plupart du temps. Ça laisse surtout de bons souvenir. Pour voir mes vidéos de voyage, cela se passe ici, sur ma chaine YouTube !

Ordinateur et câbles

Forcement avec tout ce matériel, les photos et vidéo sont de forte résolution et pèsent lourd. Je suis donc obligée d’avoir avec moi un ordinateur afin de vider les appareils chaque jour. J’ai également un disc dur que je trimballe absolument PARTOUT avec moi. Si je le perdais, ce serait une vraie catastrophe car je n’utilise aucun service de stockage en ligne (il faudrait que je m’y mette quand même !)

L’ordinateur me permet également de travailler et monter chaque rush de film et de vous envoyer quelques photos clés régulièrement.

Comment je photographie/film ?

La plupart du temps je demande au gens si je peux les prendre en photo mais la photo n’est pas la même.

Alors le mieux, c’est de s’assoir quelque part sur une place, un parc, son zoom en main et de shooter loin. Les gens ne s’en rendent pas compte et si c’est le cas, leur faire un grand sourire et leur montrer la photo est la meilleure solution.

Attention, les pays développés peuvent être très embêtants pour des raisons de droits d’image, etc. En Australie, il est formellement interdit de photographier des enfants et ados sous peine d’amendes sévères ou confiscation du matériel.

Une Astuce

Quand je suis partie en Inde il y a 3 ans déjà, j’avais fabriqué une sorte de cache-sangle afin de supprimer visuellement les gros logo Canon ou Nikon et de ne pas attirer le regard sur moi. La taille de l’appareil suffit amplement. C’est très pratique, je peux garder mon appareil dans mon sac avec la sangle autour du cou histoire d’alléger le poids sans que personne ne sache, ou presque, qu’il s’agit d’un appareil photo.

Sangle photo captaingini

Et vous, quel matériel transportez-vous dans votre sac à dos ?

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *