Adam’s Peak, ça fait mal aux gambettes et alors !

Adam’s Peak, Sri Lanka, l’un des lieux de pèlerinage les plus uniques au monde. En effet, il est un lieu sacré pour 4 religions dont le Bouddhisme, l’Hindouisme, le Christianisme et l’Islam.

20160203_074209

Situé à plus de 2200 mètre d’altitude, il faut gravir pas moins de 5500 marches pour arriver en son sommet. C’est difficile, on souffle, on râle, on se dit qu’on est fou, mais c’est magique.

Départ depuis la ville de Delhouse entre 2h et 3h du matin afin d’éviter le monde et arriver pour le lever du soleil.

20160203_082630

L’ascension se fait donc doucement, au rythme de chacun, dans la nuit fraiche des montagnes. On croise des touristes bien sûr mais également de nombreux locaux venus en pèlerinage. Ils chantent pour accompagner chaque pas, se repose et certains même dorment sur une marche, au milieu du trajet.

J’ai croisé des personnes vraiment âgées qui faisait le parcours aussi, allant à deux à l’heure mais bravant quand même la difficulté.

20160203_063801

Ce trajet aller se fait donc à la lumière des échoppes qui bordent toute l’ascension et des néons. On ne se rend pas bien compte du spectacle qui nous attends lorsqu’il fera jour. On voit les lumières des villages au loin.

20160203_073336

Il y a un passage où les gens déroulent des bobines de fil blanc créant une énorme toile d’araignée. Des offrandes sont mêlées à l’intérieur.

20160203_070055

5500 marches plus tard, le corps trempé de sueur, complètement frigorifié par le vent et les 12 degrés maximum, on arrive au sommet.

Il faut alors enlever ses chaussures (prévoyez les chaussettes, ça caille !) pour accéder au temple où une ambiance bien spéciale règne. Des pièces pour attendre servent de lieu pour dormir. Les gens sont collés l’un un aux autres. Il y a sur l’étage inférieur des lieux de donations et méditation où l’on brûle l’encens. Les pèlerins sonnent la cloche.

Puis enfin, le moment arrive où tout le monde se colle, se pousse pour s’entasser du côté où l’on pourra admirer le lever du soleil. C’est magnifique. Le ciel commence par se teinter de rose, puis de turquoise et de jaunes. Un beau dégradé avant l’apparition du soleil vers 6h du matin. Démarre alors une sorte de cérémonie. Des moines passent avec des offrandes et tous se poussent et prient à leur passage.

Ca y est, il fait donc jour et l’on peut enfin se rendre compte de la vue autour de nous ! C’est indescriptible, on domine le monde ! Les montagnes autour et la vallée donne le vertige.

20160203_064343

On commence la descente avec tout le monde. C’est plus facile qu’à l’aller. J’ai d’ailleurs mis deux fois moins de temps même si les marches sont hautes et parfois difficile à descendre.

20160203_064953

On croise des porteurs courageux qui apporte le réapprovisionnement des échoppes plus haut, voir beaucoup plus haut. Le prix de l’eau par exemple et d’ailleurs un peu plus cher et l’on comprend pourquoi ! Il faut les porter les packs !

20160203_070834

A mi-chemin, on commence à traverser la jungle, puis les plantations de thé, c’est magnifique. Les tombants noirs à pic au loin donnent de la couleur au milieu de tout ce vert.

Retour au petit matin, paré pour un petit-déjeuner bien mérité et hop dans le bus, en route pour une prochaine étape. Et qu’est-ce que l’on fait dans le bus ? On dort bien entendu !!

A l’aller et au sommet, il fait un froid de canard, on se demande ce que l’on fait là, pourquoi l’on a décidé de faire ce truc horrible qui fait souffrir chaque membre, mais un fois redescendu, on se sent tellement bien qu’on oublie vite. C’est une belle expérience !

La ville de Delhouse en elle-même

On ne peut pas vraiment appeler cela une ville. Il s’agit plutôt d’une rue principale où s’agglutine des échoppes de toutes sortes. Vêtements chauds, sucrerie locales, ours en peluche, jouets, posters géants de bébés, et tout un tas de babioles made in China.

Un pont enjambe la rivière au milieu et l’on eut voir les habitants s’y laver à la tombée de la nuit.

20160203_073022

On croise de nombreux moines du monde entier, venus ici en retraite. Il y a d’ailleurs une école bouddhiste pas loin. Les jeunes novices, haut comme trois pommes, courent dans les escaliers.

20160203_071807

Coin pratique

Comment y aller ? Il faut se rendre dans la petite ville de Delhouse, à 1h30 en bus depuis Hatton. Il y a un bus qui attend devant la gare ferroviaire.

Vous pouvez réserver un hôtel à l’avance ou trouver directement sur place mais c’est cher. Pas moins de 2000 Rps pour une chambre assez lugubre. Sachant que vous n’y dormirai pas plus de 3 ou 4h.

N’arrivez pas trop tôt ca il n’y a pas grand-chose à faire.

Pour vous donner une idée, j’ai mis 2h30 pour grimper au sommet et je ne suis pas rapide !

*Les photos ont été prises sur le trajet retour à la lumière du jour.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *