Rivière souterraine de Kong Lor, frisson dans le noir

Un bateau, une rivière de 7 kilomètres qui passe sous la montagne, dans une cave où il fait tellement noir qu’une simple lampe frontale ne suffit pas. C’est ce que j’ai fait à Kong Lor, un village authentique où vous avez accès à la vraie vie des Laotiens.

1 kong lo (1)

Cette rivière appelée Hinboun a été découverte au 16ième siècle. Elle relie les villages de Konglor et Natane. L’ouverture au tourisme remonte à 2002.

Naviguer sur cette rivière, à l’aveugle, c’est un peu se sentir comme un explorateur qui ne sait pas ce qu’il va trouver. Il est vraiment difficile de retranscrire ce que l’on ressent.

Après avoir marché quelques mètres à l’intérieur de la cave, sur du gros sable coupant, on monte à bord d’une sorte de pirogue au petit moteur dont l’hélice est au bout d’une longue perche.

1 kong lo (5)

DSC_4971

Les cheveux dans la brise tiède et l’humidité de la cave. Il ne fait pas froid, il ne fait pas chaud. On se sent bien. Le balayage des torches du batelier et de son co-pilote permette de se rendre compte de l’immensité de la cavité. Il doit bien y avoir 5 mètres de hauteur.

1 kong lo (4)

L’obscurité est saisissante. On ne voit pas vraiment et c’est ce qui fait toute la magie. Faire une photo relève de l’impossible. Le bruit du moteur est rassurant dans ce lieu presque hostile.

A l’entrée, on nous a donné des gilets de sauvetage et c’est la première fois que je suis heureuse d’en porter un, juste au cas où, pour être vue. Pourtant, l’eau est très peu profonde. Il arrive même que le fond du bateau touche le sable et il faut parfois que le pilote descende du bateau pour le pousser. En gros, on a pied à peine jusqu’au genou !

1 kong lo (2)

Les parois de la roche sont grises et on perçoit quelques chauve-souris ici et là mais rien de bien méchant.

Au milieu du trajet « aller » qui dure une heure, on s’arrête pour marcher au milieu de la grotte. Le site est aménager et éclairé et l’on peut admirer les formations de stalactites et stalagmites. Des lumières oranges et bleu mettent en valeur le site.

1 kong lo (6)

On retrouve ensuite notre bateau de l’autre côté pour continuer dans le tunnel. Les bateliers connaissent bien la grotte. Parfois, il y a des rochers à fleur d’eau qu’ils contournent aisément. On n’y voit pas à deux mètres et le chauffeur empreinte des courbes calculées au centimètre près.

On croise d’autres bateaux qui reviennent. On ne distingue que leur torche, éblouissante, dans le noir sous la terre.

Au bout d’une heure, on arrive de l’autre côté de la montagne. Le soleil nous éblouie et on navigue encore quelques minutes sur la rivière, au travers de la forêt. Les montagnes karstiques, roches volcaniques, s’étendent tout autour.

1 kong lo (8)

1 kong lo (7)

On s’arrête finalement dans un village fabriqué où sont disposées des échoppes et des tables pour boire un café.

Après une pause d’environ 15-30 minutes, on repart dans la cave pour faire le chemin inverse. Une heure plus tard, on est de retour à notre point de départ, enchanté !

DSC_4965

Infos pratiques

L’entrée au parc coûte 2000 kips par personne. Ensuite, il faut acheter son ticket pour le bateau. Le prix varie en fonction du nombre de personnes par bateau.

110 000 Kips si vous êtes tout seul, 120 000 Kips à deux et 130 000 Kips à trois. On ne peut pas être plus sur le bateau.

1 kong lo (3)

C’est une des plus belles expériences que j’ai pu faire. L’adrénaline est là, on s’émerveille, on se sent petit, c’est beau !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *