La moustiquaire en tour du monde

Parmi toutes les questions que je me suis posée pendant les préparatifs de mon voyage, la question de la moustiquaire ne m’a pas lâché jusqu’à mon départ. Je n’arrivais pas à me décider. Est ce que j’en prends une ? Quelle forme? Comment vais je l’accrocher? Je ne peux décemment pas faire un trou dans le mur avec un crochet, si? Où est ce que je vais l’acheter?
Bref, beaucoup trop de questions pour une simple moustiquaire. J’ai eu beau chercher sur les blogs, les forums, aucune des réponses que je trouvais ne me satisfaisaient.

Moustiquairecaptaingini

Et puis j’ai fini par me dire. Allez j’arrête, je prends une moustiquaire la plus simple, la plus économe, imprégnée, des punaises et on verra bien. J’ai donc choisi ce modèle chez GoSport à 29,99 euros (pas la moins chère). Et même là, j’ai continué à me poser des questions…

Après un an, quel bilan pour cette fameuse moustiquaire ??

Bilan après un an

  • En Amérique du sud

Je ne m’en suis absolument pas servie et je n’ai vu absolument aucun touriste, qu’ils soient étranger ou du pays, qui utilisent une moustique dans les hostels. En gros, zéro moustiquaire, pas de crochet de fixation, rien ! Dans les régions plus chaudes et/ou tropical, il y avait bien entendu des moustiques et, magique !, des moustiquaires aux fenêtres des chambres. Donc, à moins de laisser la porte ouverte, pas de moustique la nuit, seulement en fin de soirée en étant à l’extérieur !  Et dans les zones plus froides ou en altitude, il n’y a pas de moustique.

Bilan de l’Amérique du sud, ne vous encombrez PAS de moustiquaire !!

  • En Indonésie

J’ai utilisé la moustiquaire deux fois sur l’île de Java et nulle part ailleurs alors que je suis également allée à Bali, les îles Gili et Lembongan et Lombok. Quelques claquements de main avant d’aller se coucher ont suffit à passer une nuit tranquille.

DSC_3472

De plus, la plupart des murs sont en béton, et il est difficile d’y enfoncer une punaise ! La tringle à rideau, qui se trouve le plus souvent au dessus de la tête de lit peut être une alternative. Ce n’est pas très pratique car la moustiquaire sera plutôt sur votre tête et ne contiendra pas tout votre corps.

J’ai d’ailleurs réalisé qu’il était préférable de prendre une moustiquaire deux places même lorsque l’on voyage seule car elles sont plus grandes. Sans compter qu’il est souvent possible que les lits aient des tailles surdimensionnées! Il sera alors plus facile de coincer la moustiquaire sous le matelas !

  • En Asie du Sud-Est

L’Asie c’est une autre histoire ! Selon les pays ou les régions, il y a plus ou moins des moustiquaires fixées aux fenêtres. De plus, je suis restée plus de 10 mois en Asie et je suis donc passée par toutes les saisons… Saison des pluies où oui, il y a des moustiques, saison sèche… idem. Donc oui la moustiquaire peut être utile. J’ai cependant très peu utilisé celle-ci car je me suis habituée et les moustiques ne me piquent plus vraiment !

20141008_201938

Pour le Myanmar, équipez vous d’une moustiquaire. Au Laos et au Cambodge, la plupart des hôtels équipent les lits de moustiquaires, donc pas besoin !

Alors moustiquaire ou pas ?

Moi je dis oui. Même si vous ne l’utilisez pas tous les jours, cela vous évitera d’acheter de l’anti-moustique hors de prix qui n’est pas bon pour l’environnement, ni même votre peau. La moustiquaire, c’est léger, durable et respectueux de l’environnement !

Et puis parfois, on utilise la moustiquaire autrement que pour dormir 😉 …. comme pour écrire cet article à l’abri des suceurs de sang 🙂 Allez, bon vent !

moustiqueautrementCG

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *