J’ai fait du stop en Argentine !

Sur 4 mois en Amérique du sud, l’Argentine représente près de la moitié du temps passé. Malheureusement pour moi et surtout pour mon budget, c’est également le pays le plus cher sur ma liste (après l’Équateur, le Pérou et la Bolivie). On se sent pauvre et on ne peut plus faire grand chose en termes d’activités ou petits plaisirs du quotidien.

Sur la route en Argentine, mont aconcagua

J’en suis presque venue à regretter les autres pays où absolument tous les jours étaient ponctués par des visites, des rando, des treks et autres activités. Mon budget de 20 euros par jour tout compris suffisait amplement. Mais en argentine, c’est une autre paire de manches. C’est en gros un pays « européen ». Aie ! Ça fait mal au porte monnaie.

Après avoir espacé les activités, pensé à réduire le nombre d’excursions, puis la nourriture et réalisant que c’était stupide, j’ai décidé de m’attaquer aux moyens de transports. Ils sont hors du prix du fait, entre autres, des distances et du prix du pétrole. C’est ainsi que j’ai décidé de tester le stop, pour la première fois de ma vie en voyage !

C’est ainsi que je me suis retrouvée un matin à 8h à la sortie de la ville de Chilecito, assez confiante, sur la mythique route 40, pour rejoindre Patquia, à 1h de route. J’avais préparé des petits panneaux en carton avec les villes écrites dessus.

stop en argentine

Une première expérience sur un court trajet ! Mon idée était de rejoindre la ville de Villa Union pour visiter le Parque Nacional de Talampaya (transport inexistant pour s’y rendre ce jour-là !).

Paysage dans le nord argentin

Au bout de 15 minutes à peine d’attente, un couple argentin m’embarque pour 20 km. Pas grand chose, mais c’est un début ! Ils m’ont invité à prendre le petit déjeuner chez eux, un moment fort agréable. Puis Nicolas, propriétaire d’une concession automobile, m’a déposé à la sortie de la ville au poste de contrôle de police, chargée de croissants et de petits pains pour la route !

C’est donc un gentil policier qui m’a trouvé ma seconde voiture, se dirigeant à Patquia. Un couple de retraités partis en voiture faire le tour de l’Argentine. Ils m’ont indiqué qu’ils allaient visiter la Vallee de la Luna, parfait c’est en somme ce que je voulais visiter en décidant de partir en stop ! C’est avec grand plaisir que je les ai donc suivi. Ils ont insisté pour me payer le déjeuner. Décidément, les argentins ont vraiment le sens de l’hospitalité !

Parque Ischigualasto

Il m’ont déposé dans l’après-midi à un autre poste de police. A ce stade, perdue au milieu du désert, à trois heures de la tombée de la nuit, il me restait encore environ deux heures de route pour rejoindre la grande ville de San Juan. Tant qu’à faire, le stop marchant si bien, autant continuer…

C’est un groupe de motards itinérants et argentins qui m’ont alors pris en stop pour une heure superbe, les cheveux au vent, dans les paysages désertiques du nord de l’Argentine. On s’est arrêté à une féria de routier. C’est un lieu aménagé au milieu de rien pour que les routiers fassent une pause en se restaurant. Cela m’a fait un peu penser à une sorte de station balnéaire de fortune où des restaurants et des bars sont collés côte à côte. Le tout sous des tentes en plastique.

stop en moto en argentine

C’est donc sans étonnement que j’ai fait la dernière heure de trajet en camion, transportant des minerais. Fernando, son chauffeur venait de Buenos Aires et m’a posé un milliard de questions sur la France et sur mon voyage. En principe, les routiers n’ont pas l’autorisation de transporter des passagers quand le camions est plein, afin d’éviter le vol, où tout autre problème. Mais Fernando m’a indiqué qu’il ne pensait pas que j’étais intéressée par sa cargaison de « cailloux », ahah !

Bilan de la journée, 402 km, des paysages extraordinaires et surtout une excellente pratique de l’espagnol. Sans compter, que j’ai beaucoup plus parlé avec des argentins en une journée de stop, qu’en une semaine entière. Je parle de vraies discussions, pas celles pour réserver une chambre ou demander où est le supermarché !

Paysage argentin

Après une nuit à San Juan, je suis repartie en stop pour les deux dernières heures de trajet jusqu’à Mendoza. Encore une fois, en moins de 15 minutes (ça a du bon parfois d’être une fille parfois !), j’ai trouvé une voiture. Deux messieurs, roulant un peu des mécaniques m’ont donc emmené. A la vitesse où ils roulaient, nous avons mis moins de deux heures pour arriver, parfait, à l’heure de déjeuner !

Pour la suite du voyage, le trajet (Mendoza -> Bariloche) est trop long (plus de 20h). Je vais donc devoir reprendre le bus. Mais dans la région de Bariloche, parait-il que le stop est un sport national… A suivre donc !

3 Réponses à “J’ai fait du stop en Argentine !

  • Ca donne terriblement envie!! Surtout le passage en moto. Je pars dans 2 mois, ça se rapproche…Oserai-je faire comme toi??

    • Bien sur, quand tu seras dans le feu du voyage 🙂 Suis ton instinct, c’est tout. N’hésites pas si tu as des questions !

      • Déjà avoir réservé mon billet pour partir toute seule si loin sans parler espagnol, c’était suivre mon instinct 🙂 Comme mon concours d’internat de médecine est dans un mois, je n’ai pas vraiment le temps de me poser de questions et d’angoisser, et c’est plutôt bien comme ça hihi. Je me dis que si je pense positif, il m’arrivera des choses positives! 🙂
        Dès que je finis mon concours, je commence à préparer tout ça et je t’inonde de questions, promis 😉
        En tout cas merci pour ton blog, j’adore lire tes expériences, et ça me donne trop envie d’y être!
        Bisous!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *